vendredi 23 avril 2010

DRUCKER 2.0

Est-ce qu'il y a encore quelqu'un ici pour trouver le Grand Journal de Canal+ "impertinent, drôle et décalé"? Ce qu'on a pu appeler l'"Esprit Canal" n'était finalement que l'esprit 80's (Sex, Fric & Rock n Roll) et a salement vieilli en 2010 (30 - TRENTE - ans plus tard, gros).

Michel Denisot n'est rien d'autre que le Michel Drucker 2.0. et quand on sait qu'ils ont 3 - TROIS - ans d'écart, ça n'a rien d'étonnant.

Michel & Michel ont beau avoir des chroniqueurs légèrement différents dans la forme (amateurs de Patrick Fiori vs groupies de MGMT), ils ont tous les deux la langue qui pue le cul.
De la réclame dans la réclame. Si j'étais journaliste, j'allumerais ma télé un chrono à la main : Générique de début / Emission / Pub / Emission / Jingle de vignette / vignette / Pub etc...
Ensuite, je ferais un joli camembert dans Excel avec le pourcentage temporel accordé à la pub, aux jingles, aux interviews (publi-reportages) et aux séquences courtes. Mais je ne suis pas journaliste.

Je ne comprends pas la valeur ajoutée des hôtes de ces émissions. Les "stars" ou "artistes" qui viennent à la télévision pourraient très bien être assises à une table et raconter combien leur film/livre/album est intéressant et nouveau et émouvant et personnel. On aurait (presque) le même résultat.

Non, la valeur ajoutée du journaliste est de préserver la modestie de la personne en représentation. Cela passe beaucoup mieux auprès du public si c'est le journaliste qui dit "vous rayonnez dans ce rôle" plutôt que si l'acteur avoue lui même "je suis brillant dans ce film".
Le journaliste n'est finalement plus là pour représenter le public face à la bête de scène mais pour intercéder en sa faveur auprès du peuple.
(Analyse finement pompée sur celle de Titiou sur les journalistes politiques)

Mais quel intérêt de payer de façon mirobolante ces cire-pompes échappés de la cour du roi Sunshine?
Parce que les mecs qui vendent le film avec Patrick Bruel, le livre de Guillaume Musso, l'album de Coldplay sont les mêmes mecs qui payent Michel & Michel.

COMPLOT INTERNATIONAL IS BACK! Et ma mauvaise foi aussi.

mardi 23 mars 2010

MOMONSTRE

J'ai essayé toute la journée mais rien à faire, la concentration et l'effort ne seront pas mes alliés en ce 23 mars 2010.
Alors je Wikipède : je marche sur l'autoroute du savoir subjectif des biographies. Aujourd'hui:
- Etienne Daho
- Zabou Breitman
- Jad Wio
- Pierre & Gilles

Evidemment tout ceci est cohérent.

J'ai envie de m'interroger sur ce qui fait que les gens écrivaient des chansons différentes entre 1985 et 1995. Ceci est vrai pour n'importe quelle époque. Mais qu'est-ce qui a fait qu'en 1987, les mélodies au clavier, les bouches des filles, les video-clips en couleurs primaires, étaient si importants?

vendredi 19 février 2010

BLOOOOOGGER C'EST C'QU'Y A D'PLUS BEAUUU

Ouais, blogger, c'est comme les ailes des oiseaux.

Je lis des blogs, je lis des blogs EN ENTIER, c'est dire mon degré de performance professionnelle en ce moment, mais j'ai UNE EXCUSE. Une mauvaise excuse, mais une excuse quand même. Et toute excuse, même mauvaise, doit être exploitée jusqu'à la lie (si elle permet d'empêcher de travailler, telle est la loi des Procrastinateurs).

Donc force est de constater que les blogs, c'est vraiment ce qu'il y a de mieux sur Internet (avec The Selby et Zombo.com) (d'ailleurs, The Selby est une forme de blog).

Pourquoi?
Argumentons en 3 points:

1/ Les blogs, c'est la vie

Déjà, entendons-nous bien, un bon blog, c'est pas un putain de publi-rédactionnel comme ces saloperies de blog beauté qu'on croirait un "communiqué" de magazine, une pub déguisée, un truc qui te baise, quoi. Et qui n'a pas d'intérêt.
Un bon blog, c'est la vie / l'avis (HOHO LE GRAND RETOUR DU LACANISME SUR MST) d'une personne sur ce qui l'entoure, que ce soit LOLcatz, photos de soirées, analyse du dernier épisode de Lost. Un blog, c'est un truc tout à fait normal, et y'en a pour tous les goûts, comme dans la vie.

2/ Les blogs, c'est rigolo

Evidemment, tous les blogs ne sont pas super-LOL. Non. Oui Loïc LM, c'est à toi que je pense (mais c'est tellement facile... Menstruel, le blog qui dénonce, mais qui fait caca dans son slaype).
Bref, on s'en fout des pas drôles alors qu'il y en a tellement des marrants qui font pouffer derrière l'écran qu'on est obligée de faire hmmmouiiiii je vais faire pipiiii muhahaha en toute discrétion si on veut pas se faire flagger en plein terrorisme anti-capitaliste de glande au boulot.

3/ Les blogs, c'est l'espoir

Et on peut retourner cette assertion contre elle, parfois, les blogs, c'est aussi un peu le désespoir, et c'est pas les photos de mecs de 14 ans devant leur scoot' en train de taper des poses sourcils froncés qui vont contredire mon propos. Mais avant tout, ouais, les blogs, c'est l'espoir, c'est se dire qu'il y a un peu partout des gens formidables qu'on ne connait pas mais qui nous donnent envie de les rencontrer, et c'est comme si j'étais à un café et que j'écoutais la table d'à côté, sauf que souvent j'entends rien paxe il y a trop de bruit la musique est trop forte et j'ai de mauvaises oreilles à cause que j'ai trop écouté de la techno quand j'étais jeune.

lundi 11 janvier 2010

ORGUEIL

La tasse de café fumant dans ma main, j'écoute les récits de mes collègues de travail:

Les résumés du week-end, les sorties, la météo, les films visionnés, le dernier album de Muse et l'exotisme d'Avatar.
Les résultats sportifs, la qualité de jeu, la composition des équipes.
Les achats potentiels, la technologie Blu-Ray, les voitures qui consomment moins mais qui sont jolies quand même (jantes larges).
L'analyse de l'information, les marronniers, ce qu'on nous cache, ceux qui exagèrent et les impôts à payer.

Souvent, je participe à la conversation, j'en rajoute et je fais des blagues.
Parfois, je ne dis rien, je regarde dans le vague jusqu'à prendre un air d'autiste, et je vois bien que ça leur fait de la peine, et dans ma tête je voudrais qu'ils meurent tous.

jeudi 7 janvier 2010

LA MORT DES IDOLES

Ca a commencé en 2009. Michael, bien sûr, mais aussi Patrick et même Brittany.
Et depuis, chaque année, chaque semaine, les nécro se succèdent. C'est devenu l'ultime quart d'heure de célébrité des gens déjà célèbres. Pour se distinguer des starlettes, des it-girls, des fils-de, des pouffiasses de la télé-réalité et des webstars, les idôles se voyaient dans l'obligation de mourir, si possible avec panache, de façon inattendue et d'exiger l'autopsie.

Comme toutes les modes, celle-ci allait passer, mais en attendant, les quotidiens concurrençaient la presse spécialisée people. Les bios allaient bon train, des récits de vie pour adoucir la mort. Les pages Wikipedia se clôturaient. Les amours se dévoilaient ainsi que les addictions. Le story-telling battait son plein. Nicolas Sarkozy avait même hésité à se mettre ainsi en scène.

On contemplait ces histoires comme on va au théâtre voir Phèdre. La dramaturgie moderne des vies extra-ordinaires. Le rêve américain à son apogée, une fin en forme de twist qui appelait les "ça alors qui l'aurait cru". La tragédie grecque à la portée des Chi-Hua-Hua. Puis tout le monde avait fini par s'en foutre.

Quand Tila Tequila s'était taillé les veines dans les chiottes d'une boîte de LA, quand Paris Hilton avait ouvert le gaz dans sa villa de Beverly Hills pour emporter avec elle ses puppies innocents, quand Pete Wentz s'était mis en scène dans un cercueil ébène, les poignets sanglants et la gorge tranchée, personne pourtant n'avait acheté l'édition spéciale de Voici sur les gens morts en 2012.

L'apocalypse n'avait finalement pas eu lieu de la façon dont on l'avait imaginée.

LES CHOSES DE LA VIE

Reprendre un blog. Bon.
Ce blog au départ, c'était pour me faire plaisir et raconter des trucs à la con. Le principe du blog, quoi. Tout en essayant de le faire avec un minimum de fierté pour écrire des jolies choses.

Mais depuis son ouverture, et depuis que j'ai découvert Internet, les choses changent et évoluent et je passe plus de temps à lire les autres qu'à chercher à trouver mon propre style.

Ce n'est pas parce que les autres écrivent bien que je dois écrire mal. Ce n'est pas parce que je n'écris pas très bien que je ne dois plus écrire du tout. Méthode Coué.

Mais c'est pas facile facile.