mercredi 7 juin 2017

ASTREINTE

Les histoires de couples. Pourquoi se faire deux quand on a déjà du mal à être un ? Le couple, l'autre, c'est le pansement qu'on applique sur ses plaies, c'est la prothèse de nos manques. Mais pas que. Mais quand même souvent.

Pourquoi a-t-on désespérément besoin d'un autre ? Peut-être bien que c'est moi qui parle, là. Parce que chez moi il y a du besoin, il y a des espaces à combler. Je suis une femme après tout, je suis un vide à remplir, je suis une peau qui enveloppe.

Le couple c'est un espace de recherche à deux. On s'apprend quand on s'éprend.
Le couple c'est un chantier en perpétuelle reconstruction.
Le couple c'est un miroir dans lequel on se regarde, et qu'on accuse parfois d'être déformant.
Le couple c'est une géométrie à plusieurs variables. Avec un minimum de deux.
Le couple c'est un noyau, une graine qui fleurit et donne parfois des fruits, parfois fane et meurt.
Le couple est une expression de l'amour non exclusive.
Le couple est un lieu de plaisir, de repos, de partage.

Je crois que je commence à comprendre quelque chose. Quelque chose de très doux. Un totem de plus qui s'effondre, une ombre en moins dans le tableau.

Mon couple, c'est le lieu de mes plaisirs, c'est la possibilité d'intimité avec quelqu'un qui me laisse le pénétrer. C'est quelqu'un avec qui je suis en paix, qui me reconnait et que je reconnais. On se regarde, nous sommes beaux, démasqués.